Le colorimètre ColourQ 1700 BC pour centrifugeuses discontinues

Commencer le clairçage au bon moment – Arrêter la centrifugation si risque de vibrations

Le colorimètre ColourQ 1700 BC détecte les changements de couleur (qui souvent sont assez nombreux) des cristaux sur la paroi lors de l’accélération du panier.

Le premier changement se produit dès qu’il y a suffisamment de liqueur-mère dans le panier pour emmener les cristaux dans la couche interne de la paroi. Normalement, le changement se produit juste après le début de l’accélération. Dans les cas extrêmes, cela arrive tard pendant l’accélération. Ces deux situations extrêmes sont facilement détectables et non-désirées, parce qu’elles risquent de produire de grosses vibrations dangereuses.

Pour une masse cuite dite standard, la coloration se produit au début de l’accélération. Un changement de couleur précoce entraînera le risque qu’il ne reste aucun liquide entre les cristaux. Dans ce cas, la force centrifuge pompera de l’air à travers la paroi de cristaux et desséchera le reste du film de sirop sur les cristaux, rendant difficile l’élimination de ce film lors du clairçage. En outre, le film de liqueur-mère en résultant va sceller les surfaces cristallines et piéger encore plus d’eau sur les cristaux pendant le séchage, ce qui entravera le conditionnement avant le stockage.

Pour les masses cuites ayant un coefficient de variation (CV) élevé, les cristaux (à densité élevée) risquent de sédimenter devant le tamis, empêchant ainsi la purge du sirop. Le sirop sera alors vu comme une couche de liquide à l’intérieur de la paroi des cristaux. A ce moment-là, il est important d’arrêter le clairçage. Plus l’épaisseur de la couche de liquide est importante, plus on risque des trainées dans le liquide. Une fois le liquide visible disparu, on peut démarrer le clairçage. Si le liquide visible continue à une vitesse de rotation plus élevée, il y aura un risque de passage du liquide provoquant un déséquilibre du panier. Il faut alors utiliser le signal du détecteur pour arrêter la rotation avant d’atteindre une vitesse critique.

Dans le cas d’une masse cuite purgeant lentement, l’eau de clairçage risque de rattraper le sirop. L’eau se mêle au sirop, perdant une partie de sa capacité d’éliminer le sirop. Lorsque le taux de clairçage excède le taux de purge, une couche de liquide sera de nouveau visible à l’intérieur de la paroi de cristaux. L’instrument la détectera et donnera un signal d’arrêt de clairçage jusqu’à ce qu’il soit temps de redémarrer.



ColourQ 1700 BC monté sur le haut d’une centrifugeuse

 


Point de mesure à l’intérieur du panier
 


Graphique donnant la couleur (courbe orange), qui monte dès l’arrivée de la masse cuite au point de mesure et qui y reste jusqu’au démarrage de l’accélération. Dans cet exemple le clairçage commence assez tard.
 


Graphique montrant un démarrage similaire à l’exemple précédent, mais avec un coefficient de variations assez significatif. Si les cristaux (à haute densité) sont forcés vers le tamis lorsque la force centrifuge augmente, ils provoquent une sédimentation dense devant le tamis et forcent le sirop vers l’intérieur du panier. Ce sirop se voit comme une couche de liquide foncé à l’intérieur de la paroi de cristaux. Ce n’est que, lors d’une accélération ultérieure, que la force centrifuge sera suffisamment forte pour pousser le sirop à travers la paroi dense des cristaux.
 


Graphique montrant la purge lente de la masse cuite. Si le clairçage commence par l’ajout de l’eau à un taux plus élevé que celui de la purge du sirop, la quantité totale du liquide dans la paroi du sucre s’élèvera. Cette augmentation de liquide continuera jusqu’au point où le liquide deviendra visible à l’intérieur de la paroi des cristaux. Il faut éviter une telle situation car:

  1. Le liquide libre est une question de sécurité à cause du risque de traînées et de déséquilibre du panier.

  2. L’eau rattrape le sirop et se mélange avec celui-ci. Le clairçage deviendra moins efficace quand l’eau est mélangée au sirop. Il faudra plus d’eau pour laver la couche de sirop des cristaux.